DE SANTA CRUZ AU TEIDE

L’ascension au Pic du Teide est une expérience à vivre depuis le début. Le circuit que nous vous proposons fera de la visite au sommet le plus haut de Tenerife une expérience inoubliable. Nous vous guiderons parmi les rues, les villages, les pinèdes et les retamas[1] vers le Téléphérique du Teide, l’étape finale de ce voyage singulier.

Pour en profiter sans se presser, pour prendre le temps de connaitre de chaque recoin du chemin, il faut commencer tôt le matin. Nous débuterons donc de la capitale de la province de Tenerife, Santa Cruz de Tenerife.

Capitale administrative et économique de l’île, Santa Cruz de Tenerife offre une grande variété d’activités culturelles et de loisirs. Musées, zones commerciales, parcs, restaurants, pubs, etc. font partie des multiples visites que vous pouvez faire dans cette municipalité côtière.

Nous démarrerons donc à 9 heures du matin et avant de commencer, pour prendre des forces, nous prendrons un bon petit déjeuner au marché de la ville. Le marché de Nuestra Señora de África (Notre Dame d’Afrique) (Av. San Sebastían 51)ou encore connu comme La Recova, (http://www.la-recova.com/) regroupe un bâtiment particulier de style néocolonial, inauguré en 1944. Le marché porte le nom de Notre dame d’Afrique. Vous pourrez y trouver plusieurs bars et cafétérias où vous pourrez petit déjeuner dans l’ambiance des étals de produits locaux.

Après avoir pris des forces, nous prenons en voiture la direction de La Laguna par l’autoroute TF5. Après environ 10 minutes d’autoroute, nous verrons les indications de sortie pour le Parc National.

Nous prenons la TF24 après avoir pris la sortie et nous débouchons sur le rond-point et la statue du Père Anchieta, missionnaire né à La Laguna et fondateur de villes comme Sao Paulo. Nous laissons derrière nous la ville patrimoine de l’Humanité et nous prenons la direction de la commune du Rosario.

Ce village, profondément rural conserve encore les enchantements insulaires, disparus dans d’autres communes plus touristiques. La route sillonne entre les champs cultivés et les forêts de pins. Le climat y est froid et humide la plus grande partie de l’année. C’est là qu’est né un des éléments du vêtement traditionnel de Tenerife: la manta esperancera, une sorte de grande cape blanche avec des bandes noires, semblable à une couverture de laine épaisse, protégeant les habitants de cette zone des rigueurs de l’hiver.

Juste avant de pénétrer dans les bois de la corona forestal[2], se trouve le marché municipal de l’agriculteur, un petit bâtiment qui regroupe quelques postes avec les meilleurs produits des cultures de la région.

Nous entrons enfin dans la zone de pinède. La route se fait de plus en plus sinueuse. Les pins accompagnent le visiteur jusqu’aux limites du Parc National. Ce paysage surprenant est caractéristique du nord de l’île.

Pour reprendre des forces, nous pouvons faire une pause pic-nic dans ce paysage forestier de la zone récréative de Las Raices avec ses tables, ses bancs, ses barbecues, ses restaurant et une zone de jeux pour les enfants,…). C’est un endroit idéal pour une pause brève ou un déjeuner.

Nous poursuivons la montée. À quelques kilomètres de là, il faut s’arrêter au point de vue d’Ortuño pour contempler la couronne forestière de l’île. Il porte le nom du Directeur général des monts Francisco Ortuño Medina. Nous nous trouvons à 1.590 mètres, ce qui permet de dominer le manteau vert de la pinède du nord de Tenerife couronné par le Teide.

Nous continuons notre route entre les pins canariens et sur le fil de la dorsale centrale de l’île. D’un côté s’étend la vallée de la Orotava et de l’autre la vallée de Güimar. Peu à peu, la végétation change pour devenir la végétation typique de haute montagne. Lorsque nous parvenons à la zone de retamas, un autre arrêt s’impose: Le point de vue de la Tarta.

Ce n’est pas le paysage que le visiteur peut contempler ici mais une paroi de strates volcaniques, mise à jour par la construction de la route. Les couches de couleurs et de matériaux volcaniques variés se succèdent, témoins des différentes éruptions. Comme les couches d’un gâteau.

Nous venons de mettre les pieds en territoire volcanique. Nous laissons à notre droite l’entrée aux observatoires astronomiques et météorologiques d’Izaña et nous pénétrons dans le Parc National du Teide, patrimoine de l’humanité et le sommet le plus haut d’Espagne.

Les coulées volcaniques et les cônes nous accompagnent tout au long de la route qui nous mène au Téléphérique. La route TF 24 que nous avons prise rejoint la TF 21 qui vient de La Orotava. Nous poursuivons notre chemin sur la TF 21 en direction du Teide. Après avoir dépassé le Portillo, nous nous trouvons face à l’impressionnant volcan de Montaña Mostaza, dont le nom vient de la couleur particulière provenant de la composition chimique de la lave.

Si nous voulons nous étirer un peu les jambes, nous pouvons nous arrêter aux Minas de San José (les mines de San José). Ce lieu était auparavant un endroit d’extraction de granulats et surtout de pierres ponce, un type de pumite employé dans la construction. Cette zone fait penser à la superficie de Mars, ce qui a souvent été utilisé par l’industrie spatiale et cinématographique pour de nombreux projets. En s’y promenant, nous avons l’impression d’être sur une autre planète.

Entre les grandes coulées de lave qui semblent s’être pétrifiées il y a quelques années seulement, nous approchons de notre destination finale, le Teide. L’entrée du téléphérique du Teide se trouve un peu plus loin à droite. Après nous être garés, nous nous apprêtons à monter au pic le plus haut d’Espagne et sur le troisième volcan le plus haut du monde.



[1] Genêt typique des Îles Canaries

[2] Couronne forestière: Frange boisée, principalement de pins et située en dessous des limites du Parc National.

CATÉGORIES: Excursions Partagez cette
Sélectionnez le type d'activité:
 
Abonnez-vous à notre newsletter