Voici comment la flore du Teide s’adapte au climat

Un des plus grands plaisirs du randonneur est son impression de symbiose avec la flore et la faune locale. Il peut en effet, tout au long de la randonnée, entrer en contact avec les animaux et les plantes, faire partie en quelque sorte de la nature. Le Parc National du Teide ne possède pas seulement des paysages impressionnants mais aussi une flore que les passionnés de randonnée se doivent connaître.

Les biologistes définissent la zone centrale de Tenerife comme une île au sein d’une autre. Ils font ainsi référence à certaines conditions, comme son climat ou son altitude, qui l’isolent du reste. Les plantes du Parc National du Teide sont parfaitement adaptées aux difficiles conditions climatiques de cet endroit: températures extrêmes, insolation élevée et précipitations rares.

On peut observer que généralement la plupart des plantes de la zone adoptent des formes arrondies, un peu comme des cupules. Cette forme leur permet de se protéger des températures basses et de créer à l’intérieur un petit microclimat. La Retama del Teide (Spartocytisus supranubius)[1] est l’exemple le plus clair de cette acclimatation.

La grande floraison est une autre caractéristique des plantes de haute montagne. Le paysage change au printemps, il se couvre de plantes en fleur. Cette exubérance est due au fait que les conditions sont si difficiles que les plantes fleurissent le plus possible pour assurer une reproduction suffisante. C’est un mode de survie. Plus de fleurs, plus de possibilités de transmettre leurs gènes.

On peut également observer une autre adaptation. Certaines espèces se recouvrent de petits poils qui leur permettent de conserver l’humidité et de combattre la forte insolation. C’est également pour cette raison que les plantes ont diminué la taille de leurs feuilles, évitant ainsi l’évaporation de l’eau, ressource rare dans cet endroit.

La Violette du Teide (Viola cheiranthifolia), le Tajinaste[2] rouge (Echium wildpretii) ou encore le cèdre canarien (Juniperus cedrus) sont des exemples de ces adaptations.

Lorsque vous parcourrez la prochaine fois, les sentiers du Parc national, prenez le temps de vous pencher et d’observer ces adaptations, une raison de plus pour conserver les espèces du Parc.

Si vous désirez vivre cette expérience en faisant appel à nos entreprises collaboratrices, vous pouvez consulter: http://www.telefericoteide.com/fr/volcano_life_experience/randonnee



[1] Sorte de genêt

[2] Vipérine

CATÉGORIES: Randonnée Partagez cette
Sélectionnez le type d'activité:
 
Abonnez-vous à notre newsletter